Sous le sunlight de Paname (viens danser)

Publié le par Kiwette

 

 

Aujourd'hui est un grand jour, j'ai bronzé...

 

...à Paris.

 

Ce qui représente en soi l'essentiel du miracle.

 

Car oui, ces derniers jours à Zivaboboland, il a fait beau.

Enormous.

Et pas beau genre "3 rayons de soleil qui se battent en duel" hein, non. Beau genre si tu fermes les yeux tu peux croire, avec un effort d'imagination et en faisant abstraction du bruit des bagnoles et de l'odeur du béton, que tu te trouves à Juan-les-pins un après-midi de juillet.

Ce qui représente, pour le parisien de base, l'état de surkiffe par excellence.

 

J'ai donc fait, comme tout habitant des contrées franciliennes, un certain nombre de choses qui, vues de l'extérieure peuvent paraîtres un poil saugrenues, voire tout à fait ridicules...

 

A savoir:

 

- Retrousser jusqu’au bout mes manches et mes bas de pantalon, quitte à me Tomsawyeurifier à donf, de manière à ce qu'un MAXIMUM des parcelles de ma peau soit exposé au soleil.

 

- Mettre en place des stratégies qui consistent à esquiver l’ombre de façon à augmenter mon temps d’exposition à la grande jaune (en traversant par exemple la rue de façon à se retrouver sur le côté où IL Y A le soleil.)

 

- Me délecter des gouttes de sueur qui coulent sur mon visage et au creux de chacun de mes membres alors que «p’tin fécho» et que je commence à sentir le feneck en fin d'vie….pourvu que mon épiderme grappille tout ce qui s’offre à lui en terme de rayons UV.

 

- Porter la paire de lunettes de soleil qui dort 360 jours par an dans le tiroir de mon bureau, et ce quelque soit l'endroit où je me trouve: la voiture, la rue, carrouf ou même un tunnel.

Question de principe.

 

Et croiser les jambes à la terrasse du café en savourant ce qui, tant il est cher par sa rareté, fait partie des moments les plus appréciés de notre vile existence de parigos.

 

Bien sûr, vu par un retraité marseillais ou mieux encore, un sexagénaire cubain, l’ensemble de ces actions équivaut un peu, selon lui, au comportement démentiel qu’adopterait le pire des déséquilibrés bipolaires.

 

 

Que celui là se rassure, çà ne durera pas bien longtemps. D’ici la fin de la semaine, il neigera probablement sur Paris.

Normal, on sera en juin…

 

 

 

Publié dans Billets d'humeur

Commenter cet article

caroline 29/05/2010 14:21



aujourd'hui il ya du soleil mais p'tin il fait pas chaud!!!!!


nous on sort la créme solaire car peaux de roux pour toute la famille


ce qui équivaut à rouge écrevisse au lieu d'un beua teint cuivré!!!


et quand il y a bronzage (aprés moult précautions et minimum 3 semaines de soleil au moins) celui là se carapate en faisant des plaques (beurk!!!)