Lettre à mon fils

Publié le par Kiwette

 

 

 

 

 

Si tu me lis…

 

Un jour mon fils.

Si tu me lis, je pleurerai…

 

Et parce que tu as la force d’un titan de satin, tu me rappelleras au rire avec tes yeux de chat sauvage, ton regard qui ronronne.

 

Je me souviens, au commencement…

Ton premier cri. Celui d’un poupon vulnérable, surpris par le jour. Ta peau laiteuse,  couleur opaline. Ton regard, qui transperçait même le granit.

 

Et puis tes pleurs, ton impatience effrontée, tes joies inconditionnelles qui basculaient en un battement de sourcil en peine démesurée. Ton combat perpétuel avec la nuit, ton insoumission absolue, quasi-hégémonique.

 

L’ascension vertigineuse de nos cœurs ébahis.

 

Ta détresse parfois…

Ton sens inné du ravissement. Tes étreintes franches, presque viscérales. Tes éclats de rire puissants, qui m’ont subrepticement ouvert les portes du paradis pour quelques instants.

Encore aujourd’hui, quand tu ris, je touche le ciel du bout des lèvres…

 

Les mots, les mots, les mots, les maux…ceux que je t’ai dit, ceux que je voulais entendre, ceux que tu m’as confié, ceux que je t’ai donnés, ceux qu’on a pensé ensemble.

Comme ils me manquent ces mots, comme ils me manquent tes mots…

Je les ai cherchés, attendus, espérés. Je les ai inventés pour toi, je les ai rêvés, sculptés à ton image, dépeints au son de ta voix.

 

Et puis j’ai compris, un jour.

J’ai compris.

 

La barricade, l’écran total, le garde-frontière…cette saloperie de handicap. Cette enclume sur la tête qui fait plier même les géants.

 

J’ai compris.

 

La porte blindée multipoints dont je n’avais pas les clefs.

 

L’affront de la vie.

 

Le sentiment terrible d’être l’innocente qu’on condamnait à la perpétuité…

 

Mais toujours, ton sourire.

Ta grâce infinie qui rappelle combien ma vie est belle, combien je suis heureuse de te l’avoir donnée.

 

Tu t’appelles Kaïs, tu es né un 21 janvier 2008, et tu es autiste atypique.

 

Tu es, pour ceux qui ne savent pas ce que c’est que ce mal étrange, celui qui parle avec les yeux, et celui qui regarde avec le cœur…

 

Tu es ma joie, mon allégresse. Le moteur de mes rêves, l’expression parfaite de mes sentiments les plus maternels, les plus doux. Tu es mon sang.

 

 

Tu es ma vie…

 

 

 

 

 IMAG0011-1

Commenter cet article

Evy 29/10/2015 21:07

Bonsoir et bienvenue dans la communauté " le jardin virtuel " je suis très touché par ce poème pour votre fils que d'amour je me suis inscrite pour vous suivre et met un lien sur mon blog pour vous présenter je vous souhaite une bonne soirée au plaisir Evy

Kiw 29/10/2015 21:44

Merci bien! Et oui comme vous le voyez je n'écris pas que des choses humoristiques, je suis aussi maman d'un petit garçon différent et c'est pas tous les jours drôlissime. Mais on se marre bien quand même à la maison! J'irais faire un tour sur votre page, merci pour l'accueil en tout cas. ☺

Kiwette 05/02/2014 21:39


Merci pour votre gentil commentaire. J'ai écris ce texte avec l'encre des yeux de mon fils comme disait Mr Cabrel...c'est pourquoi il est plein d'amour!


A bientôt sur overblog "tata Ai" ;)

tata ai (myriam) 04/02/2014 17:28


Il a les yeux de l'amour et le sourire des anges. Cette lettre émouvante, dis tellement bien l'amour. Bravo

Kiw' 08/12/2012 22:02


Alors ça....Toussaiiiiiiiiiiiiiint!


Quel plaisir de te lire, malgré les circonstances un peu tristes...


Je pense parfois à toi et aux tiens, j'espère que toute la famille va bien, et je profite de cette occasion qui m'est donnée pour vous souhaiter de bonnes fêtes!!


 


Gros bisous All'saint ;), et au plaisir...:)

toussaint 30/11/2012 16:13


pourquoi ai-je pensé à Kaïs avant-hier ... pourquoi ai-je tapé "kiwette" sur g*ogle il y a 10 mn ...


maintenant mon coeur pleure, et je souris devant le visage de ton fils qui a le sourire et le regard de l'Amour.


love, kiw'.