Interlude zoologique

Publié le par Kiwette



Aujourd’hui est un grand jour, je vais vous parler des goélands.

 

Et ceci pour répondre à mes fidèles pèlerins égarés de lecteurs passionnés par les oiseaux maritimes palmipèdes.

 

Le goéland, ou mouettus déglingus, vit en front de mer, et se nourrit presque exclusivement d’invertébrés protostomiens plus connus sous le nom d’asticots gluants dégueulasses.

Le goéland ne comprend pas pourquoi, de fait, ces idiots d’humains tirent des mines de chacals dépressifs quand le mec de Kho Lanta bouffe un superbe ver marron pourtant fort appétissant.

 

Aussi, et comme chacun sait, le goéland, surtout lorsqu’il évolue en milieu hostile communiste, est névropathe.

Son mode de vie en reflète d’ailleurs les symptômes, l’échangisme et l’auto-flagellation  quotidienne étant monnaie courante chez lui.

En effet, le goéland de base kiffe se taper la meuf goélande de son pote tout en se lacérant les ailes avec une plume dans l’cul.

Le goéland est un peu dérangé oui, mais il le vit bien.

 

Parfois le goéland, dont l’identité sexuelle est mal définie, se tape aussi des mouettes grabataires en fin de vie, histoire d’assouvir son besoin de domination freudienne.

Si les goélands consultaient les psy, ces derniers se reconvertiraient probablement en opérateur de tri postal, trop démunis par la pathologie profonde et visiblement incurable de leurs patients.

 

Pour autant, le goéland mène une existence tranquille et harmonieuse avec la nature, s’accommodant des mœurs plus sages et plus conventionnels de ses congénères bipèdes, dont il pense néanmoins chaque jour :

 

« Keski’ doivent s’faire chier les albatros ».


Commenter cet article

kali mouette!!! 15/11/2009 17:52


amwa amwa amwa amwa !!!