Dodo, réré, mimi...

Publié le par Kiwette




Aujourd’hui est un grand jour, je ne fais plus d’insomnies.

 

Nan, maintenant je fais des « somnies », tout court.

Fini les comptages de moutons poitevins, çà n’est plus nécessaire.

Aujourd’hui, je lutte, sans merci, contre la somnolence…

 

Surtout au milieu de la nuit, à l’heure où seuls les passionnés de chasse au gibier et de pêche au gardon sont éveillés devant téhèfin, quand le grumal réclame pitance.

Car oui, la nuit, le micro-grumal a aimf.

Faisant fi des règles bien établies qui définissent à quatre le nombre de repas par jour, savamment répartis du matin au début de soirée, le grumal nain, lui, réclame la sève nénéstique à toute heure du jour et de la nuit, et ce quelque soit votre disponibilité physique ou mentale.

Impatient, il exige de plus d’être servi dans la minute où son micro-stomac s’aperçoit qu’il est vide.

Ni une ni deux, vous vous éveillez d’un rêve tendre et agréable où vous mangiez de la barbe à papa sur un nuage en crème fouettée, pour vous asseoir l’œil mi-clos et le cheveux hirsute dans votre lit, micro-grum’ dans les bras, luttant pour effacer définitivement cette image de chantilly dont vous avez encore l’impression de savourer le goût fictif…

Le plus dur étant, à ce moment là, de ne pas tomber dans la narcolepsie chronique.

Je tente pour ma part, dans ces moments de lutte contre Morphée, de penser à de passionnantes choses susceptibles de me garder éveillée, telle que la saison 6 de Desperates housewives (« mékidonc Mike Delfino va-t-il épouser bordal ? ») ou la recette du pâté de canard en croûte (« fotilimettre 2 ou 3 oignons ? »).

 

Généralement, étant dans un état comatique déjà bien avancé, mes réflexions sur les sujets en cours sont un brin décalées : « Mike Feldino épousera un oignon, c’est sûr. »

 

Lorsqu’enfin le grumal nain est repu, j’ai, neuf fois sur dix, replongé dans la crème chantilly et entamé en rêve une conversation avec un mouton syndicaliste scandalisé par la traite des vaches africaines.

 

Et ce n’est que quelques heures plus tard, quand ma progéniture réactivera ma production lactifère nénéstique, que je réaliserai que j’ai pioncé assise, la bouche ouverte et un grumal sur le ventre jusqu’au petit matin…

 

Conclusion de toute cette histoire :

Vous êtes insomniaques, vous êtes victimes de troubles du sommeil et vous n’arrivez plus à vous endormir apaisé…ne prenez pas de somnifères.

 

Faites juste des gosses.

 

C’est bien plus efficace…

Commenter cet article

Kiwette 16/02/2010 18:10


Caroline>> Siiiiiiiiiiiiiiiiiii! C'est même la 1ère réflexion que je me suis faite à l'hosto: "mékeskilégro mon fils!" lol C'est clair qu'à côté d'une crevette à peine née...la différence est
nette!

Caro>> Je te rassure, j'ai déjà moi aussi rendu les armes...trop dur. Des bisous à la grumette!

Vida>> C'est très vilain de se moquer!


Mais ce blog est fait pour çà...alors profites-en lol

;-)


L!fe 16/02/2010 13:20


C'est pas bien je sais, mais ton malheur m'a fait rire


caro 16/02/2010 13:12


coucou Kiwette,
oh combien je te comprends!!!!!
moi j'ai cessé de vouloir restée éveillée, c'est pu possible, ça fait 2 mois que je pionce, grumette accrochée au néné...
gros bisous, et bonnes nuits!
Caro


caroline 15/02/2010 22:23


quand tu as vu Kaïs à la clinique , il ne t'as pas semblé immense?*
question hors de propos que je voulais te posais quand meême!!!!


caroline 15/02/2010 22:21


et quand t'as qu'1 envie c'est dormir et que tu t'assoupirais même devant une dizaine de tronçonneuses en marche tu fais quoi????