Papa, t'es belle...

Publié le par Kiwette

Aujourd'hui est un grand jour, mon fils m'a enfin appelé "papa"...

20 mois d'allaitement puis de biberonage, de cubes z’encastrés zé de puzzles reconstitués, d'échanges affectifs zé de bisous en tout genre, de movi sur le pull zé de morve tendrement aspirée.
20 mois de nuits entrecoupées, de couches changées zé de bains-qui-foutent-de-l’eau-partout  donnés.
20 mois, d'amour  inconditionnel, de dévouement maternel...

Et au final, "papa".
Le bougre.

 

Son père trouve çà très drôle. Moi…beaucoup moins.

J’ai d’abord cru à une farce, un test, une subtile façon de bousculer mon être aimant...

Mais nan.

Il m’appelle, avec la plus grande des convictions, les bras parfois tendus et le regard plein de chaleur, « papa ».

Alors  purkuuua tant de haine ? Purkua cette confusion profondément vexante?

Bon, ok. J’ai bien un peu de duvet blond fauve en guise de moustache.

Ok, j’ai fait la grève silk-epil et j’ai autant de oilps sur les jambes qu’un bonobo en rut.

Ok, à la maison j’m’habille comme un chômeur de longue durée portoricain.

Ok, quand je m’énerve, on dirait Jean-Pierre Coffe qui vient de s’taper un Long chicken au Quik.

Ok, je dis le mot « putain » environ 72 fois par jour, je regarde télé-foot dans mes moments d’égarement et je déteste repasser.

Mais quand bien même ! Je suis sa mère quoi ! Celle qui se tape la danse des canards version tektonik juste pour le faire rire, qui lui raconte des histoires bidons où cet imbécile d’ourson se demande toujours où est passée sa mère (qui fait croire qu’elle cherchait à grailler alors qu’en fait elle hibernait crapuleusement avec un ours blanc, mais çà on ne le dit pas à ces crédules d’enfants), celle qui s’est faite pissé dessus à plusieurs reprise à l’époque où la robinetterie n’était pas bien au point !

 

J’ai donc pris des mesures de choc.

Dès ce soir, je rase mes oilps, et j’épile ma stach-mou. J’enfile ensuite une robe à fleurs et j’mets un nœud rose dans les cheveux.

Quand je parle, je prend une voix de speakerine des années 80, et je raconte des histoires de princesses pucelles qui cherchent le loup dans des châteaux dorés.

Et pour finir, le soir, j’oblige toute la famille à se taper « maman » de Christophe Maé et « où sont les femmes » de Patrick Juvet en boucle pendant 30 minutes.

 

Si avec çà il m’appelle pas « maman », je m’exile au brésil pour me faire greffer des coucougnettes.

 

On verra ce que çà donne demain, cet autre jour…

Notes:

- Pour le fun:


- Et parcequ'il faut bien en rire:

Commenter cet article

Deperate Grumother 09/10/2009 13:26


C'est pas moins cher d'aller à l'île Maurice qu'au Brésil ?


roline 09/10/2009 09:01


mamannnnnnnnnnnnnnn à 3h du matin!!!! ça te passera l'envie je t'assure!!!!!
là tu peux dire dans un demi-sommeil "kaïs te demande mon chéri!!!" et te retourner sur l'oreiller et remonter la douce et chaude couette sur toi!!
profite et vois le côté supra positif de la chose avant d'être une future double kakaouête!!!!


Magui 08/10/2009 21:29


Qu'est ce que j'aimerais que mon grumeau dise "papa" et non "maman" à longueur de journée... Mais je comprends ta frustration après tant de dévouement... Quelle ingratitude !


testostérone 08/10/2009 19:28


si un jour tu portes un slip kangourou avec une knacki et deux cahouettes à l'interieur, fais-moi signe, on ira s'boire des bibines au pmu du coin et on s'fera des concours de "qui pisse le plus
loin"....trop coooooooooooool

nb : quand tu prendras rdv chez Oscar de la Quéquèta pour la pose de "l'apéro en kit", t'oublies pas d'en réserver un pour moi aussi ;)


Kalicaenvi de dodo 08/10/2009 14:38


Bon c'est fait , c'est dit, c'est confirmé il te faut du repos....certainement pas au Brésil vu ton inspi du jour...


comme tu le rappelles ci bien "Demain est un autre jour"

hein, hein?

a la r'voyure!!!